Meidjo, ou l'art de la petite pièce

26 mars 2019

Avant de renvoyer en SAV votre fixation, le petit arceau à l'arrière de la fixation ne tient plus mais il n'est pas mort. Un tournevis, et en cinq minutes vous réglerez le problème.

 

Depuis le début de la Meidjo, j'ai toujours été étonné par la complexité de cette fixation. Le telemark nous avait habitué jusque-là à un certain minimalisme. Trois picots et juste une pince pour l'ancêtre Three Pin, un câble et des ressorts pour la Chili. Dans mon garage, j'avais usiné du plastique de boucher pour surélever l'ensemble. Nous étions bien à l'air ou l'art artisanal. Puis est arrivé la G3 qui offrait un débattement en randonnée, la Skyhoy et ses airs de golgothe, sans oublier la 7tm. La NTN nous a offert un joli coup de booste, un peu de modernisme pour un sport qui le mérite. Je n'oublie pas d'où je viens (norme 75), mais le Telemark avait besoin de grandir. La Meidjo est forcément le grand bol d'air, car pour une fois, une personne s'est vraiment penchée sur la question. Avez-vous déjà essayé de démonter une Meidjo ? Le nombre de pièces qui la compose ? La réflexion est immense pour imaginer le step in, armer la fixation, etc. A chaque problème devait s'imposer une nouvelle petite pièce. L'une d'entre elle m'a de suite interloqué car elle paraît tellement fragile par rapport au reste du mécanisme. Son fonctionnement est tellement simple qu'elle en serait hors cadre. Je parle de ce petit arceau qui vient plaquer la boite lorsque l'on veut randonnée. M Équipement s'est certainement rendu compte qu'un truc ne fonctionnait pas. La chaussure, sans la cale de montée, viendrait tout casser si l'on ne trouvait pas une solution. Depuis le début, je n'ai jamais eu à me plaindre de la fiabilité de cet arceau. Il a rendu son office. Et puis lors d'une sortie, sur l'un de mes skis, il devait être trop lâche, lasser peut-être des nombreux coups que j'ai mis sur mes planches à force de botter. Résultat, après trois pas, la Meidjo s'est enclenchée. J'ai déchaussé, replacé l'arceau, et trois pas pour rien. Heureusement, la montée était suffisamment raide pour accepter les cales. Je n'ai plus armé et j'ai terminé ainsi. La solution aurait aussi pu être de démonter l'ensemble. Il m'aurait fallu dévisser les ressors et enlever la boite. Chose qu'il faudra faire plus tard de toute façon. Pour régler le problème, vous devez enlever la boite, puis libérer l'arceau en dévissant la patte qui le tient. Écarter ses deux branches, et replacer le tout. Et ça marche. Pendant que vous y êtes, demandez d'autres ressorts. Passez sur les Rouges pour plus de tonus à votre fixation. Mais attention à ne pas trop serrer car la petite tige en plastique rouge n'y résiste pas. Elle casse sous la pression.


 

thobias